15/06/2014

Le potager urbain en juin : Signes extérieurs de limaces

On ne les présente plus, hélas. Elles empoisonnent la vie des jardiniers-maraîchers en croquant allègrement dans tout ce qu'ils plantent. J'avais déjà évoqué leur cas dans ma note potager de mai et celle d'avril, mais le phénomène ayant pris de l'ampleur avec les trombes d'eau qui sont tombées dans laPetit tour de quelques recettes naturelles plus ou moins classiques pour protéger vos récoltes.



Le marc de café. Ma mini serre empeste le café depuis trois mois (merci Sarah d'être mon principal fournisseur) tellement j'y saupoudre la terre et laisse traîner de marc de café. J'en avais également disposé autour des plants de courgettes dans le potager, mais le plus petit a été dévoré en quelques jours. Taux d'efficacité 2/10.

Les coquilles d'oeufs. Broyées très finement et saupoudrées à la surface des petits pots, elles protègent relativement bien les jeunes plants dans la serre. On peut le faire entre ses doigts (excellent pour la musculation des mains) ou dans un mortier si elles sont bien sèches. Il paraît que sous les semelles c'est bien Mais dès l'instant où les plants et surtout les épinards et les salades sont dans le potager, il faut manger trois omelettes par jour pour en avoir une quantité suffisante pour décourager les insatiables petits estomacs. Efficacité: 6/10


Le demi-pamplemousse. Dernière découverte en date, observé la semaines dernière lors du festival des murs à pêches et suggérée par Josée, ma compagne de promenade à Montreuil. La méthode est slimple, on coupe le pamplemousse en deux, on mange ou presse l'intérieur et on place l'écorce vide retournée près des plantes que l'on veut protéger. Les limaces sont censées adorer s'y abriter. Bilan au bout de 3 jours : aucune baveuse récoltée. Efficacité: 1/10 (parce que je veux garder espoir).


La "battue". Depuis que j'ai commencé à garnir ma mini-serre de plantules en mars-avril, j'organise une chasse aux limaces tous les deux jours. Je soulève les pots un à un, je déloge ces dames, je les met dans un godet vide et hop, expédiées dans une région du jardin où elles croquent les feuilles qu'elles souhaitent sans menacer mes futurs légumes. Fastidieuse, cette méthode demeure tout de même la plus efficace. Efficacité: 7/10.


Les barrières protectrices. Lassée que mes petites salades soient croquées au fur et à mesure que je les plantais dans le potager, j'ai érigé une barrière de carton autour d'elles. Cela ralentit le rythme des attaques mais ne les supprime pas. Efficacité: 5/10.


Les granules. J'avoue, comme beaucoup d'autres jardiniers épris de permaculture et respectueux des écosystèmes, j'ai craqué cette année. Trop de dégâts, trop d'efforts ruinés ont fait que j'ai acheté une grande boîtes de granules ferramol, utilisables en  agriculture biologique. Je les ai répandues dans mon potager et mes jardinières il y a quelques jours, mais  Efficacité: ?

Eux aussi ont testé. Pour terminer, voici quelques suggestions venant de sites et de blogs autour de la lutte contre les limaces dans lesquelles j'ai puisé pour effectuer mes tests.
Ecolo-bio nature: la chasse aux limaces opération commando
Quoi de neuf au potager: dix trucs pour cohabiter pacifiquement avec les limaces.
Fiche Gerbeaud et les conseils de Consoglobe

4 commentaires:

Josée RUDIER a dit…

Merci pour cet article. Je confirme qu'à ce jour, seule la chasse à la limace reste efficace. Surtout après les épisodes pluvieux que nous avons eu récemment.
Courage

Atalanta a dit…

Merci Josée! Bon courage à toi également avec ces vilaines voraces.

Mon tiroir à recettes a dit…

Oh c'est drôle j'ai publié un article dans ce style il y a deux ou trois semaines ! Mais mes ennemies à moi ce sont ces petites garces de fourmis, qui élèvent des pucerons dans mon potager. Et je lutte encore ><

Atalanta a dit…

Des fourmis, vraiment? Figure-toi qu'elles ont élu domicile sous les pamplemousses à la place des limaces. Je ne suis pas certaine que ce soit une bonne nouvelle!